La BCE rachète les dettes - Coup de baguette magique

La BCE rachète les dettesCoup de baguette magique

26.01.2015

Le président de la Banque centrale européenne, l’Italien Mario Draghi, s’est engagé à acheter de la dette publique dans la zone euro à raison de 60 milliards par mois pendant 18 mois, soit un total de 1 080 milliards d’euros. Ce procédé, appelé en anglais « quantitative easing » a été appliqué avec un certain succès aux États-Unis et en Grande-Bretagne. Il n’est pas approuvé par l’Allemagne, mais il s’est déjà traduit, avant même d’être mis en route, par un rebond significatif des marchés.

  • Mario Draghi, le magicien de Francfort

La différence avec les États-Unis, c’est qu’ils se sont lancés dans cette technique, sous la houlette du président Obama, dès le début de la crise en 2009. À ce jour, le quantitative easing se poursuit en Amérique, et, tenant compte d’une croissance remarquable, la Banque fédérale des réserves (Fed), envisage maintenant d’« atterrir en douceur », c’est-à-dire de réduire les achats de dettes prograssivement jusqu’à y mettre un terme. La procédure, pour faire simple, est la suivante : la...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires