Des tests de grossesse au rapport de l’IGF - Attaques en série contre les piliers de la pharmacie

Des tests de grossesse au rapport de l’IGFAttaques en série contre les piliers de la pharmacie

05.01.2015

L’année 2014 a été marquée par une remise en cause sérieuse des fondements de l’officine à la française. Afin de relancer la croissance dans l’Hexagone et redonner du pouvoir d’achat, les ministres successifs de l’Économie, Arnaud Montebourg, puis Emmanuel Macron, envisagent notamment de casser le monopole de dispensation. Face à ces assauts, l’officine plie, mais ne rompt pas.

  • Le ministre de l'économie a transmis le dossier pharmacie à sa collègue de la Santé

LE 10 JUILLET, Arnaud Montebourg, encore ministre de l’Économie, sonne la charge contre les monopoles de toute sorte. Un moyen, selon lui, de redonner du pouvoir d’achat aux Français. Toutefois, dans son discours prononcé en grande pompe en direct de Bercy, il ne prononce jamais le mot « pharmacien ». Le ministre hésite-t-il face à l’opposition affichée de certains membres du gouvernement à la vente de médicaments en dehors des pharmacies ? Peut-être, car la ministre de la Santé, Marisol...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bilan médication

À la Une Bilan de médication : en route vers l'observance Abonné

Le bilan partagé de médication ne semble pas encore être un acte très répandu dans les officines. Prévu par l’avenant n° 11 à la convention pharmaceutique signé en juillet 2017, l’arrêté définissant ses modalités de mise en œuvre n’est paru au « Journal officiel » qu’à la mi-mars. Mais déjà, de nombreux officinaux manifestent leur intérêt pour les formations qui lui sont dédiées. Commenter

Partenaires