Une pharmacienne de la Réunion pourrait avoir contracté le virus Ebola

Une pharmacienne de la Réunion pourrait avoir contracté le virus Ebola

15.12.2014
  • Une pharmacienne de la Réunion pourrait avoir contracté le virus Ebola - 1

Revenue vendredi à son domicile de la commune du Tampon, au Sud de l’Île de la Réunion, après un bref passage en Métropole, à l’issue d’un voyage humanitaire de plusieurs semaines en Guinée, une pharmacienne a présenté une fièvre modérée pour laquelle elle a été hospitalisée dans une unité spécialisée du CHU Félix Guyon de Saint-Denis. Comme le prévoit le protocole national, cette professionnelle de santé a appelé l’Agence de Santé Océan Indien (ARS OI), qui a décidé de son transfert dans cet hôpital appartenant aux douze établissements français de référence. Toutes les mesures de confinement y ont été prises, du personnel de l’hôpital ayant même été rappelé pour assurer cette prise en charge dans une chambre à pression d’air négative pour éviter la propagation éventuelle du virus. Alors que les résultats d’analyse ne seront connus qu’en fin de journée, la préfecture de la Réunion s’est voulue rassurante, la patiente ne pouvant, selon elle, représenter un risque de contagion. « En effet, ce n’est qu’à l’apparition des symptômes graves (vomissements, diarrhées…), que les personnes deviennent contagieuses par contact avec les fluides biologiques », a-t-elle rappelé. Si le diagnostic prononcé par l’Institut Pasteur de Lyon, centre de références pour les fièvres hémorragiques virales, s’avérait positif, il s’agirait du troisième cas d’Ebola sur le sol français.

Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ns

À la Une Vent de panique sur le générique Abonné

La réforme des règles du non substituable (NS), prévue à la loi de financement de la Sécurité sociale 2019, et applicable dès 2020, ne menace pas seulement à terme le développement du générique. Par les réactions des fabricants qu’elle va susciter, cette disposition pourrait également provoquer un effondrement de l’économie officinale que les syndicats de pharmaciens refusent de considérer comme... Commenter

Partenaires