Le vote des députés pour la Palestine - Une erreur stratégique

Le vote des députés pour la PalestineUne erreur stratégique

01.12.2014

Les députés français doivent voter demain une résolution en faveur de la reconnaissance de l’État palestinien. Une majorité devrait être trouvée facilement car elle réunirait la plupart des socialistes, les Verts, toute l’extrême gauche et des centristes. L’initiative de cette résolution vient d’élus socialistes dont l’objectif est de relancer un processus politique qui est à l’arrêt depuis très longtemps. La France ajoutera sa prise de position à celle des 135 États qui ont déjà reconnu l’État palestinien bien qu’il n’ait pas encore vu le jour.

  • Netanyahu, roi de la procrastination

Le problème est que la France est un État qui a un rôle à jouer dans la négociation israélo-palestinienne et qu’elle a donc des responsabilités particulières qui, d’un point de vue purement juridique, appartiennent strictement à l’exécutif. C’est à François Hollande et à Laurent Fabius d’orienter la diplomatie française dans le sens du progrès des négociations, pas aux élus, qui ne se sont guère attardés sur leur curieux empiètement dans le domaine de l’exécutif. J’admets toutefois que l...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires