Un sondage IFOP- « Le Quotidien » - Sarkozy et les pharmaciens : le désamour

Un sondage IFOP- « Le Quotidien »Sarkozy et les pharmaciens : le désamour

27.11.2014

Alors que les adhérents à l’UMP sont appelés ce week-end à élire le président de leur mouvement, « Le Quotidien » a demandé à l’IFOP d’interroger les pharmaciens sur la personnalité qui aurait leur préférence parmi les trois candidats. Et, plus largement, en cas d’élection présidentielle, vers qui irait leur suffrage.

  • Favori auprès des sympathisants UMP pour prendre la tête du parti, Nicolas Sarkozy n'a plus le...
  • Un sondage IFOP- « Le Quotidien » - Sarkozy et les pharmaciens : le désamour-2
  • Un sondage IFOP- « Le Quotidien » - Sarkozy et les pharmaciens : le désamour-3

CANDIDAT favori des pharmaciens à l’élection présidentielle de 2007 (46 %), puis à celle de 2012 (38 %), Nicolas Sarkozy n’a plus la cote parmi la profession. Déception ? Début de campagne raté pour prendre la tête d’un parti déboussolé ? Toujours est-il que les officinaux préféreraient, certes d’une courte tête, Bruno Le Maire (12 %) à Nicolas Sarkozy (11 %) comme président du l’UMP. Si l’on prend en compte uniquement les pharmaciens sympathisants de l’UMP, Nicolas...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires