L’affaiblissement de François Hollande - Une primaire à gauche ?

L’affaiblissement de François HollandeUne primaire à gauche ?

24.11.2014

Le débat ouvert depuis quelques jours par divers représentants de la gauche sur la nécessité d’une primaire (pour le PS ou pour toute la gauche, c’est selon) en 2017 a de l’intérêt dans la mesure où il suffit à décrire l’affaiblissement politique du président de la République. François Hollande, d’ailleurs, ne s’y déclare pas totalement opposé. Il fait dire par des proches qu’il pourrait envisager de participer à une élection primaire.

  • C’est Thierry Mandon qui a ouvert le débat sur les les primaires à gauche

Même si la primaire figure dans les statuts du parti socialiste, elle ne devrait pas s’imposer à un président sortant qui se présente pour un second mandat. Au pays qui a inventé les élections primaires, les États-Unis, il n’y a pas de primaire pour le président qui termine un premier mandat et qui a pour nom incumbent. Le président se contente de dire qu’il est candidat et il laisse ses amis faire campagne pour lui : théoriquement, en effet, il doit gouverner et n’a pas le temps de...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Automédication

La fin des marques ombrelles : un danger pour l'automédication ?

Pascal Brossard, vice-président de l’AFIPA, craint que la fin des marques ombrelles et la disparition des noms de fantaisie sur les emballages des médicaments d'automédication ne représentent des freins au développement de ce... 23

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.