Un marché qui a du mordant

Un marché qui a du mordant

24.11.2014

Un patient sur deux possède un animal de compagnie. Face à des marques de forte notoriété et innovantes, l’officine gagnerait à donner un coup de collier, notamment dans les ventes d’antiparasitaires externes qui représentent la moitié de ce marché.

  • Les antiparasitaires externes justifient la moitié du chiffre d’affaires du rayon véto

« Quand on sait qu’un foyer français sur deux détient un animal de compagnie, et consacre en moyenne 1 680 euros par an pour un chien (1 200 euros pour un chat), on mesure le potentiel du rayon véto pour une officine », déclare Nathalie Levy, responsable de la gamme Frontline chez Merial. Le décor est campé. Et pourtant, en dépit d’une hausse de 10 % des ventes en antiparasitaires externes (APE), produits qui composent pour moitié le marché, celui-ci ne tient pas la place qui lui revient...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires