« NS » : un médecin sommé de justifier 930 de ses prescriptions

« NS » : un médecin sommé de justifier 930 de ses prescriptions

03.11.2014
  • L'abus de NS dans le viseur de l'assurance maladie.

Depuis plusieurs mois, l’assurance-maladie suit de près les médecins qui inscrivent un peu trop facilement la mention « non substituable » sur leurs ordonnances. Des pénalités financières sont même prévues pour ceux qui empêchent systématiquement la substitution générique. C’est la sanction que pourrait se voir infliger un généraliste de l’Oise, le Dr Alain Daboul, sommé par sa caisse primaire de justifier pas moins de 930 prescriptions estampillées NS. Depuis plusieurs années,...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires