Ne pas baisser la garde

Ne pas baisser la garde

23.10.2014

LES PHARMACIENS ont évité le pire. Le sort réservé à l’officine par Emmanuel Macron aurait en effet pu être bien différent. Quelques heures seulement avant la présentation des grandes lignes de son projet de loi pour l’activité, le ministre de l’Économie semblait toujours vouloir toucher aux piliers de l’officine. Ce qui lui a fait changer d’avis ? Il n’était pas sûr d’obtenir une majorité à l’Assemblée nationale pour faire adopter les mesures concernant la santé de son projet de loi,...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Conseil d'Etat

Communication : le Conseil d’État desserre l'étau

Dans une étude rendue publique hier, le Conseil d’État préconise la suppression de l'interdiction de la publicité pour les professionnels de santé, y compris pour les pharmaciens, du code de la Santé publique. Il se déclare même... 1

Partenaires