Capital et réforme des professions réglementées - Ce qui pourrait changer

Capital et réforme des professions réglementéesCe qui pourrait changer

13.10.2014

La concertation avec les pharmaciens s’achève et les ministres de la Santé et de l’Économie doivent rendre leur copie dans les prochains jours. Si Marisol Touraine et Emmanuel Macron ont voulu rassurer la profession sur le monopole, les règles d’installation et le capital des officines, rien ne semble encore tranché. Toutefois, ils ont évoqué à plusieurs reprises la possibilité pour les adjoints de prendre des participations dans les pharmacies. De leur côté, les syndicats ne ferment pas la porte à quelques aménagements.

  • L'ouverture du capital pourrait profiter aux adjoints

LES PHARMACIENS devraient connaître dans les prochains jours le sort qui leur est réservé. Dans le cadre de la réforme des professions réglementées, il n’y aura pas de statu quo pour l’officine, ont déjà prévenu les ministres de la Santé et de l’Économie. La future loi sur la croissance et le pouvoir d’achat actuellement en préparation devrait donc modifier quelque peu le modèle officinal français. Oui, mais sur quels aspects ? Car, à en croire les récentes déclarations des ministres...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires