Le casse-tête du financement de l’innovation - Sovaldi, à quel prix ?

Le casse-tête du financement de l’innovationSovaldi, à quel prix ?

09.10.2014

Le budget de la Sécu pour 2015, qui sera prochainement examiné par les députés, prévoit une nouvelle contribution du poste Médicament, à hauteur de plus d’un milliard d’euros d’économies. Des efforts qui, s’ils contribuent à ralentir le déficit, ne permettront pas de prendre en charge les produits innovants et coûteux, tel le Sovaldi. Mais le gouvernement semble prêt à user de nouvelles armes pour rendre ces produits accessibles aux patients.

  • Des stratégies sur-mesure pour financer des médicaments de plus en plus chers

L’ÉQUATION devient de plus en plus difficile à résoudre. D’un côté, l’État cherche absolument à maîtriser les comptes de l’assurance-maladie pour réduire le déficit. De l’autre, il est confronté à l’arrivée sur le marché de traitements innovants, mais très onéreux. C’est le cas du Sovaldi (sofosbuvir), un médicament contre l’hépatite C, commercialisé par le laboratoire américain Gilead, dont le coût du traitement s’élève à au moins 56 000 euros par patients. Autrement dit, l...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
écosse

À la Une Les pharmaciens britanniques face au Brexit Abonné

Les conséquences pour le système de santé d'un « Brexit sans accord » inquiètent les pharmaciens britanniques. À l'approche de la date fatidique du 29 mars, ils se préparent aux éventuelles ruptures de stock qui pourraient survenir dans les semaines suivant le Brexit. Commenter

Partenaires