L’Ordre des médecins opposé aux projets de loi croissance et santé

L’Ordre des médecins opposé aux projets de loi croissance et santé

Jacques Gravier
| 02.10.2014
  • L’Ordre des médecins opposé aux projets de loi croissance et santé - 1

L’Ordre des médecins exprime son opposition aux projets de loi sur la croissance et sur la santé. Déplorant « les attaques générales » contre les professions réglementées, le président du CNOM, Patrick Bouet, souhaite que le gouvernement retravaille le projet de loi en cours d’élaboration à Bercy qui menace « l’indépendance des professionnels de santé ». Le projet d’ouvrir le capital des sociétés d’exercice libérales (SEL) et l’arrivée potentielle d’actionnaires non professionnels de santé cristallise les tensions, notamment pour les biologistes. L’instance ordinale y voit un « risque majeur que le pouvoir financier prenne le pas » sur ces sociétés et ne conduise à « l’industrialisation » de la biologie médicale. Il pointe le risque d’un « mécanisme de rentabilité », en « contradiction avec les questions de sécurité ».

« Le ministre de l’Économie n’est pas dans son rôle quand il décide de construire la filière des soins », cette tâche incombe au ministre de la Santé, souligne le président du CNOM. Selon M. Bouet, les inquiétudes sont amplifiées par le projet de loi santé, qui doit être présenté à la mi-octobre. Les pouvoirs accrus donnés aux agences régionales de santé (ARS) risquent de « créer des inégalités sur le territoire », craint M. Bouet. Le projet de permettre à certaines professions (sages-femmes ou pharmaciens) de pouvoir vacciner irrite aussi les médecins. « On ne peut pas parler de coopération », entre infirmiers, médecins, kinés et « mettre en place des mécanismes qui créent des confrontations » entre professionnels de santé.

Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
écosse

À la Une Les pharmaciens britanniques face au Brexit Abonné

Les conséquences pour le système de santé d'un « Brexit sans accord » inquiètent les pharmaciens britanniques. À l'approche de la date fatidique du 29 mars, ils se préparent aux éventuelles ruptures de stock qui pourraient survenir dans les semaines suivant le Brexit. Commenter

Partenaires