Le CLESI (ex-Pessoa) fermé par la justice

Le CLESI (ex-Pessoa) fermé par la justice

Anne-Gaëlle Moulun
| 01.10.2014
  • Le CLESI (ex-Pessoa) fermé par la justice - 1

Le Tribunal de grande instance de Toulon a ordonné la fermeture du Centre libre d’enseignement supérieur international (CLESI), anciennement baptisé Université Fernando Pessoa. Depuis son ouverture en 2012, l’établissement avait fait couler beaucoup d’encre, car il permettait de détourner le numerus clausus français en odontologie, pharmacie et kinésithérapie. Il accueillait près de 300 étudiants sur deux sites, à Toulon et à Béziers. La décision du TGI de Toulon fait suite à une plainte déposée par l’Union des jeunes chirurgiens-dentistes-Union dentaire. Le tribunal a estimé que le CLESI ne remplissait pas les conditions requises pour dispenser un enseignement sur le territoire français. En effet, il a omis de déposer un dossier complet auprès du rectorat, afin de préciser les conditions d’enseignement, les contenus des formations et les profils des enseignants. Le TGI a donc ordonné la fermeture du CLESI dans un délai d’un mois suivant la notification du jugement, avec une astreinte de 100 euros par jour de retard. Dans un communiqué, la secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur et à la Recherche, Geneviève Fioraso, se réjouit de la décision du TGI qui permet de clarifier la situation « dans l’intérêt des étudiants et de leurs familles ». De son côté, le CLESI a fait appel de cette décision.

Source : Lequotidiendupharmacien.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Lactalis

À la Une Retraits de lots : objectif zéro défaut Abonné

À ce jour, aucun bébé ne se trouve en danger. Mais l’affaire du lait contaminé aurait pu très mal tourner. Elle révèle surtout que les systèmes d’alerte et de retrait de lots sont perfectibles. Et pas seulement dans la grande distribution puisque 44 pharmaciens ont été épinglés par la DGCCRF pour avoir détenu dans leurs officines des boîtes de laits concernés par les retraits de lots. Commenter

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.