La colère des libéraux

La colère des libéraux

Mélanie Maziere
| 29.09.2014
  • La colère des libéraux - 1

Demain mardi, les professions libérales ont prévu des rassemblements un peu partout en France et de fermer officines et cabinets en signe de protestation. Aux côtés des pharmaciens, invités à baisser le rideau pour montrer leur opposition à la fin du monopole officinal et à l’ouverture du capital des pharmacies, les médecins généralistes et spécialistes s’en prennent surtout au projet de loi santé et montrent leur solidarité avec les autres professionnels de santé. Les dentistes craignent la suppression du numerus clausus et la perte de leur monopole sur la pose de prothèses. Les laboratoires de biologie médicale – qui sont à 80 % des sociétés d’exercice libéral (SEL) – s’inquiètent de la possible ouverture du capital des SEL. Un point commun avec les kinés qui fustige également la fin éventuelle du numerus clausus. Du côté des professionnels libéraux de la justice, seront également fermés et dans la rue les notaires, les avocats, les huissiers, les commissaires-priseurs, les administrateurs et les mandataires judiciaires, ainsi que les greffiers des tribunaux de commerce.

Source : Lequotidiendupharmacien.fr

Cet article fait partie du dossier Mobilisation des pharmaciens

Commentez 1 Commentaire
 
CORINNE B Pharmacien 29.09.2014 à 16h54

Il me reste des dents en or de mon beau père ,je peux les amener et me les faire poser???

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Vaccination officine

À la Une Vaccination à l'officine : les leçons d'un succès Abonné

L'expérimentation de la vaccination antigrippale à l'officine s'est achevée le 31 janvier dernier. Tandis que plus de 156 000 patients ont été vaccinés au total, les présidents des URPS Pharmaciens des deux régions tests dressent un premier bilan positif et pensent déjà aux améliorations à apporter pour la prochaine campagne vaccinale. Commenter

Partenaires