Professions réglementées : rétropédalage gouvernemental

Professions réglementées : rétropédalage gouvernemental

17.09.2014
  • Emmanuel Macron, ministre de l'Economie

« On ne va pas résoudre les problèmes des Français en sacrifiant les notaires ou les pharmaciens, a reconnu ce matin sur la radio Europe 1 le ministre de l’Économie, Emmanuel Macron. Il ne faut pas raconter d’histoires. Je ne vais pas dire qu’on rendra 6 milliards de pouvoir d’achat aux Français, ce n’est pas vrai, c’est une illusion ».

Le 10 juillet dernier, son prédécesseur, Arnaud Montebourg avait annoncé la préparation d’une « loi pour la croissance » essentiellement centrée sur la réforme des professions réglementées et l’assouplissement du travail le dimanche. Selon lui, la libéralisation des professions réglementées, telles que celles de notaires, huissiers ou pharmaciens, permettrait de rendre aux Français 6 milliards de pouvoir d’achat par une baisse significative du coût de leurs services. Changement de ton aujourd’hui avec le nouveau ministre, Emmanuel Macron : « Les professions réglementées, c’est un tout petit bout de cette réforme pour l’activité de cette loi pour la croissance », indique-t-il, annonçant au passage que la loi « sera soumise au Parlement en début d’année prochaine », alors qu’il était question jusqu’alors du mois d’octobre.

Rétropédalage ou volonté d’endormir les professions réglementées qui se mobilisent contre la réforme ? Toujours est-il que les notaires manifestent ce mercredi contre ce projet lors de rassemblements devant les préfectures, alors que les huissiers s’étaient mobilisés lundi et que les pharmaciens préparent des actions pour les jours qui viennent.

Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Conseil d'Etat

Communication : le Conseil d’État desserre l'étau

Dans une étude rendue publique hier, le Conseil d’État préconise la suppression de l'interdiction de la publicité pour les professionnels de santé, y compris pour les pharmaciens, du code de la Santé publique. Il se déclare même... 1

Partenaires