L’AFIPA défend le monopole officinal

L’AFIPA défend le monopole officinal

Mélanie Maziere
| 12.09.2014
  • L’AFIPA défend le monopole officinal - 1

L’Association française de l’industrie pharmaceutique pour une automédication responsable (AFIPA) défend le modèle français et le monopole officinal. Dans un contexte d’attaques sur le niveau de prix du médicament, l’association rappelle que le 2e Observatoire européen sur l’automédication montre que « la France a un niveau moyen de prix d’une spécialité en automédication nettement inférieur (4,50 €) à la moyenne européenne (6,20 €) ». L’association ajoute que « pour les pays européens dans lesquels les médicaments d’automédication peuvent être vendus à l’extérieur du circuit officinal, les prix de ces spécialités demeurent quand même supérieurs à ceux pratiqués en France ». Les industriels soulignent que le prix de ces médicaments n’a cessé de baisser « en euros constants depuis 6 ans » et que « les écarts de prix entre officines se réduisent », la concurrence entre laboratoires d’une part, et entre pharmacies d’autre part, jouant pleinement son rôle.

Pour Pascal Brossard, président de l’AFIPA, le développement de l’automédication responsable comme première étape du parcours de soins « ne peut s’imaginer sans l’appui du pharmacien d’officine et de son équipe ». Il déplore que les pouvoirs publics « menacent l’organisation de notre système de soins et l’essor d’un marché qui représente pourtant une alternative sûre et crédible aux enjeux économiques actuels ».

Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
écosse

À la Une Les pharmaciens britanniques face au Brexit Abonné

Les conséquences pour le système de santé d'un « Brexit sans accord » inquiètent les pharmaciens britanniques. À l'approche de la date fatidique du 29 mars, ils se préparent aux éventuelles ruptures de stock qui pourraient survenir dans les semaines suivant le Brexit. Commenter

Partenaires