Monopole : la fin du statu quo ?

Monopole : la fin du statu quo ?

Didier Doukhan
| 09.09.2014
  • Monopole : la fin du statu quo ? - 1

Une délégation ordinale menée par Isabelle Adenot a été reçue hier au ministère de la Santé. Elle a pu présenter à Marisol Touraine l’ensemble de ses arguments dans le débat autour du projet de loi « croissance et pouvoir d’achat ». « La ministre a été cordiale, et nous l’avons été aussi, tout en étant combatifs et très fermes, car ce sont des paramètres clés de la profession de pharmacien qui sont actuellement en jeu. Nous devons être extrêmement vigilants pour les défendre, c’est-à-dire pour défendre la santé des Français », a déclaré Isabelle Adenot à l’issue de l’entrevue. La délégation a exprimé « l’exaspération, et l’extrême tension en découlant, de la profession qui souffre tant de la manière dont le sujet est traité que de l’absence de transparence qui entoure le projet de réformes annoncé ». Très attentive à l’argumentaire développé, « la ministre nous a écoutés avec attention et intérêt », a estimé la délégation ordinale.

Marisol Touraine a ainsi déclaré qu’elle avait conscience que les contextes de transformations appellent de gros efforts de la profession (génériques, expérimentation de dispensation à l’unité…). Elle a également remercié l’Ordre pour son engagement, au côté des autres professionnels de santé, pour faire progresser notre système de santé et dit avoir compris les préoccupations des pharmaciens.

Pourtant, tout en se disant attentive aux préoccupations des pharmaciens et motivée à défendre les spécificités du secteur de la santé, la ministre n’a pu promettre le maintien du statu quo.

Marisol Touraine doit rencontrer prochainement son collègue de l’Économie, Emmanuel Macron, ainsi que le Premier ministre, en vue des arbitrages sur le projet de loi.

Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pharmacien

À la Une La nouvelle marge pour 2019 Abonné

En prévision de l'instauration de nouveaux honoraires de dispensation à partir du 1er janvier 2019, un nouvel arrêté de marge vient de paraître au « Journal officiel ». 3

Partenaires