L’industrie du médicament craint pour son dynamisme

L’industrie du médicament craint pour son dynamisme

Anne-Gaëlle Moulun
| 16.07.2014
  • Patrick Errard

Le chiffre d’affaires de l’industrie pharmaceutique a atteint 53 milliards d’euros en 2013, contre 52,5 milliards en 2012 (en prix fabricant hors taxes). Près de 50 % de ce CA est réalisé à l’exportation. En revanche, le chiffre d’affaires sur les médicaments de ville a baissé de 2,4 % par rapport à 2012 et s’établit à 20,6 milliards d’euros. Le LEEM (Les entreprises du médicament), explique cette baisse par « la combinaison d’un tassement des prescriptions, de baisses de prix de grande ampleur et de l’envolée des génériques », dans son bilan économique des entreprises du médicament.

« Le marché des médicaments remboursables a vu son chiffre d’affaires décroître de 2,3 % entre 2013 et 2012, alors que les volumes enregistrent une évolution quasi stable de + 0,3 % », ajoute le LEEM. Il note que « le marché hospitalier a progressé de 0,8 %, et les exportations de médicaments de 4 %, soit un montant global des exportations de 26,3 milliards d’euros. Pour l’année 2013, le solde de la balance commerciale de médicaments s’établit à près de + 9 milliards d’euros (contre + 7 milliards d’euros en 2012) ». En 2013, « le répertoire des génériques représente 5,1 milliards d’euros de chiffre d’affaires, soit 28 % du marché remboursable », détaille le LEEM. La consommation moyenne de médicaments s’établit à 525 euros par an et par personne en 2012.

Patrick Errard, le président du LEEM, met en garde contre les risques de voir le dynamisme de l’industrie du médicament « sapé par un alourdissement massif du poids des mesures de régulation et de fiscalité ». Il appelle les pouvoirs publics à doter la France, « de toute urgence », d’un nouveau modèle de régulation.

Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
OTC

À la Une L'automédication à la recherche d'un second souffle Abonné

Marché en berne, définition floue, voire négative, défiance des usagers, concurrence de produits sans AMM et hors monopole : l'automédication semble en mauvaise posture. Pourtant, des nouvelles stratégies industrielles et commerciales laissent espérer un sursaut à ce segment qui doit encore trouver sa place dans le parcours de soins. 2

Partenaires