Le combat de deux pharmaciens - Médecine naturelle pour sportifs

Le combat de deux pharmaciensMédecine naturelle pour sportifs

10.07.2014

Alors que les sportifs recherchent les meilleurs moyens d’améliorer leurs performances, tout en soignant et protégeant leur corps, les pharmaciens restent curieusement éloignés de ces préoccupations, souvent pour le plus grand bénéfice des commerces spécialisés dans le sport. Deux pharmaciens, eux-mêmes grands sportifs, viennent de publier un livre pour aider non seulement les sportifs à mieux se prendre en charge par les méthodes naturelles, mais aussi pour sensibiliser leurs confrères aux atouts de ces médecines.

  • Médecine naturelle pour sportifs - 1
  • Pierre-Xavier Frank et Françoise Couic-Marinier

AUJOURD’HUI pharmacien formateur à IFMO, Pierre-Xavier Frank fait des compétitions de natation et du vélo depuis son plus jeune âge. En 2011, il a présenté à Strasbourg sa thèse de doctorat sur les médecines alternatives et complémentaires au service du sportif : lors de sa soutenance, le jury lui conseilla de publier son travail, et c’est de cette incitation qu’est né ce livre. Françoise Couic-Marinier, pharmacienne à Nancy, mais aussi ceinture noire de karaté et spécialiste en...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires