Concurrence : Servier condamné à une amende de 331 millions d’euros

Concurrence : Servier condamné à une amende de 331 millions d’euros

Jacques Gravier
| 09.07.2014
  • Concurrence : Servier condamné à une amende de 331 millions d’euros - 1

La Commission européenne a infligé mercredi une amende de 331 millions d’euros au laboratoire français Servier pour abus de position dominante. Servier est sanctionné, aux côtés de cinq fabricants de médicaments génériques, pour avoir freiné l’entrée sur le marché de versions moins chères du Périndopril. « Grâce à l’acquisition de technologies et à une série d’accords amiables concernant des brevets conclus avec des concurrents fabricants de génériques, Servier a mis en œuvre une stratégie visant à exclure ses concurrents et retarder l’entrée sur le marché de médicaments génériques meilleur marché, au détriment des budgets publics et des patients », indique la Commission dans un communiqué. Au total, l’amende s’élève à 427,7 millions d’euros et concerne aussi Niche/Unichem, Matrix (désormais Mylan), Teva, Krka et Lupin.

Servier a immédiatement réagi dans un communiqué en exprimant « son total désaccord avec les thèses inédites développées dans la décision » et en annonçant qu’il « déposera un recours devant la Cour de justice de l’Union européenne ». Un tel recours ne sera pas suspensif et Servier devra donc payer l’amende.

Source AFP
Source : Lequotidiendupharmacien.fr
Commentez 1 Commentaire
 
cf Pharmacien 10.07.2014 à 15h01

J'ai un médecin qui souligne et écrit coversyl 5 et pas perindopril qui est 4....sans doute pour faire passer les officinaux pour des imbéciles..Mais je suppose qu'il restera sur ses positions...

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Lactalis

À la Une Retraits de lots : objectif zéro défaut Abonné

À ce jour, aucun bébé ne se trouve en danger. Mais l’affaire du lait contaminé aurait pu très mal tourner. Elle révèle surtout que les systèmes d’alerte et de retrait de lots sont perfectibles. Et pas seulement dans la grande distribution puisque 44 pharmaciens ont été épinglés par la DGCCRF pour avoir détenu dans leurs officines des boîtes de laits concernés par les retraits de lots. Commenter

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.