Biosimilaires : Sandoz juge l’autorisation de substitution « prématurée »

Biosimilaires : Sandoz juge l’autorisation de substitution « prématurée »

Anne-Gaëlle Moulun
| 02.07.2014
  • Frédéric Collet, président de Sandoz France

Le laboratoire Sandoz, qui commercialise actuellement trois médicaments biosimilaires en France, juge « prématurée » la volonté du gouvernement d’accorder aux pharmaciens l’autorisation de substitution pour ces produits. Cette mesure est prévue dans la loi de financement de la Sécurité sociale (LFSS) 2014 et un décret doit en préciser le cadre. Cependant, Frédéric Collet, président de Sandoz France, explique que « les économies engendrées par cette substitution ne devraient pas être significatives avant deux à trois ans ». Dans ces conditions, l’autorisation de substitution par les pharmaciens ne lui semble pas judicieuse dans l’immédiat. « L’adhésion préalable des acteurs est indispensable au développement efficient de ces nouvelles thérapies sur le long terme. Il s’agit d’éviter l’écueil rencontré dans le développement des médicaments génériques et de rester prudents », estime-t-il.

Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Rémunération

Économie : 100 millions d'euros de perte en 2018 selon la FSPF

La Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) dresse à son tour le bilan économique des neuf premiers mois de la mise en place de la nouvelle rémunération. S’appuyant sur les chiffres fournis par IQVIA... 5

Partenaires