Réforme de la rémunération - Les gagnants et les perdants

Réforme de la rémunérationLes gagnants et les perdants

16.06.2014

La réforme de l’honoraire entre dans une nouvelle phase : celle des explications et des calculs. Très attaquée par les deux autres syndicats, l’USPO (1) et l’UNPF (2), la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) répond au travers de trois films didactiques rappelant le contexte et les enjeux de la nouvelle rémunération. Le syndicat, seul signataire de la réforme, démontre également, chiffres à l’appui, que la très grande majorité des officines tireront avantage du passage à l’honoraire.

  • Une nouvelle approche, en liaison avec les acteurs de santé de proximité, est nécessaire

L’ÉTUDE est inédite et ses résultats rassurants. À la demande de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF), la société IMS Health vient en effet de réaliser, auprès de ses 14 000 panélistes du réseau Pharmastat, une simulation personnalisée de la nouvelle rémunération « telle qu’ils l’auraient perçue si l’honoraire de dispensation avait été en vigueur en 2013 ». Conclusion, plus de 95 % des officines seraient gagnantes, affirme Philippe Besset, vice-président de la FSPF...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires