Histoire de la pharmacie - Chez Buly : une apothicairerie à la mode

Histoire de la pharmacieChez Buly : une apothicairerie à la mode

16.06.2014

Alors que plusieurs officines historiques disparaissent, d’autres renaissent, bien que le fait soit exceptionnel ! C’est le cas de l’Officine Universelle Buly, qui a ouvert ses portes le 1er avril. À deux pas de l’École des Beaux-Arts et des bords de Seine, cette boutique peu ordinaire a été créée de toutes pièces à la manière des apothicaireries d’antan. Quand le chic parisien s’inspire de l’histoire de la pharmacie, la magie opère !

  • Flacon de parfum à l'eau de chez Buly appelé Eau Triple
  • Le comptoir et les étagères en bois
  • Le comptoir et les étagères en bois
  • Tubes de pommade

À L’ORIGINE de cette initiative, Victoire de Taillac et Ramdane Touhami, un couple dans la vie, connu pour leur esprit d’entreprise, leur connaissance du monde de la mode et leur passion des belles choses. À eux deux, ils ont déjà relancé l’illustre Maison française de Cire Trudon. Pour leur nouvelle aventure, c’est avant tout l’atmosphère et le charme des boutiques anciennes qu’ils ont voulu mettre en valeur pour séduire la clientèle. L’inspirateur du projet est le célèbre maître...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires