Mobilisation contre l’honoraire - Le ton monte entre les syndicats

Mobilisation contre l’honoraireLe ton monte entre les syndicats

10.06.2014

Après avoir lancé une pétition contre le plan d’économies gouvernemental et l’honoraire d’un euro, l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine, l’Union nationale des pharmacies de France et les deux collectifs de groupements (CNGPO et UDGPO*) se mobilisent désormais contre le dispositif de remplacement de la vignette. Un dispositif qui aurait été consenti par la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF). Son président, Philippe Gaertner, crie au mensonge.

  • MICHEL CAILLAUD SYNDICAT UNPF ( UNION NATIONALE DES PHARMACIES DE FRANCE )
  • Philippe Gaertner
  • JOURNEE  DE L ' ECONOMIE OFFICINE QPH PHARMACIEN 2006 BONNEFOND GILLES

NON-SIGNATAIRES de l’avenant rémunération, l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) et l’Union nationale des pharmacies de France (UNPF) souhaitent que le gouvernement fasse marche arrière. « Nous allons de nouveau avertir le ministère pour leur dire que ce qui a été signé par la Fédération n’a en aucun cas le soutien, la compréhension et l’adhésion de la profession dans une très forte proportion, indique le président de l’USPO, Gilles Bonnefond. Les pharmaciens ne sont pas...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires