Une avancée importante pour la police scientifique - L’âge du crime sur le bout des doigts

Une avancée importante pour la police scientifiqueL’âge du crime sur le bout des doigts

Didier Doukhan
| 10.06.2014
  • légende

L’HISTOIRE de la police scientifique a connu, au début du XXe siècle, une première révolution avec l’utilisation des empreintes digitales comme moyen d’identification criminelle. Des chercheurs néerlandais sont en train de lui offrir l’occasion d’une seconde révolution. « Ce n’est pas le Saint-Graal dans le domaine des empreintes digitales, relativise Marcel de Puit, de l’Institut médico-légal néerlandais (NFI), mais c’est une découverte très importante. » Ses travaux visent en effet à...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bilan médication

À la Une Bilan de médication : en route vers l'observance Abonné

Le bilan partagé de médication ne semble pas encore être un acte très répandu dans les officines. Prévu par l’avenant n° 11 à la convention pharmaceutique signé en juillet 2017, l’arrêté définissant ses modalités de mise en œuvre n’est paru au « Journal officiel » qu’à la mi-mars. Mais déjà, de nombreux officinaux manifestent leur intérêt pour les formations qui lui sont dédiées. Commenter

Partenaires