500 médecins dans le collimateur de l’assurance-maladie - L’abus de NS mauvais pour la santé

500 médecins dans le collimateur de l’assurance-maladieL’abus de NS mauvais pour la santé

10.06.2014

Face à l’ampleur du déficit des comptes publics, il n’y a pas de petites économies. Dans ce contexte, l’assurance-maladie souhaite lever les derniers freins au développement des génériques. Son directeur général, Frédéric van Roekeghem, entend ainsi faire la chasse à l’utilisation abusive des mentions « non substituable » par les médecins. À la clé, une économie supplémentaire de 110 millions d’euros par an.

  • Certains prescripteurs apposent systématiquement la mention "non substituable " sans raison de...

DEUX des trois syndicats d’officinaux et l’assurance-maladie ont récemment conclu un nouvel accord générique pour 2014. L’avenant, signé par la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) et l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO), prévoit un objectif de substitution de 85 % pour cette année. Ce qui représente une progression de 2,5 points par rapport à 2013. Sur le papier, cet objectif a l’air simple à réaliser. Mais, en réalité, maintenir un taux élevé de...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires