Fin de la vignette : deux syndicats et les groupements appellent à épurer les stocks

Fin de la vignette : deux syndicats et les groupements appellent à épurer les stocks

04.06.2014
  • Fin de la vignette : deux syndicats et les groupements appellent à épurer les stocks - 1

Après avoir lancé une pétition contre le plan d’économies gouvernemental et l’honoraire d’un euro, l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine, l’Union nationale des pharmacies de France et les deux collectifs de groupements (CNGPO et UDGPO*) lancent aujourd’hui deux mots d’ordre : « écoulez de vos stocks tous les princeps qui ont plus d’un mois de rotation » et « éliminez de vos stocks tous les médicaments en conditionnement trimestriel qui ont plus d’un mois de rotation ». En effet, expliquent-ils, « à l’occasion de la signature de l’avenant sur les honoraires d’un euro par boîte, signé uniquement par la FSPF**, cette dernière a également consenti à la suppression du délai conventionnel d’écoulement des stocks lors des baisses de prix sans limite de dates. Un fichier opposable aux pharmaciens, lié à la suppression de la vignette, est mis en place avec un délai de facturation à l’ancien prix réduit à 30 jours ». Pour eux, il y a urgence, la fin de la vignette intervenant le 1er juillet prochain. « On vous fait croire que votre marge sera stabilisée alors que l’on transfère sur l’officine le coût de l’application plus rapide des baisses de prix qui vont s’accélérer et des complications pour l’étiquetage en officine, alors que l’industrie fait l’économie du vignetage », affirment les deux syndicats et les deux collectifs de groupement.

*Collectif national des groupements de pharmaciens d’officine et Union des groupements de pharmaciens d’officine.

**Fédération des syndicats pharmaceutiques de France.

Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires