Leclerc veut vendre des substituts nicotiniques

Leclerc veut vendre des substituts nicotiniques

Mélanie Maziere
| 02.06.2014
  • Leclerc veut vendre des substituts nicotiniques-1

Toujours sur la brèche, Michel-Edouard Leclerc a annoncé samedi dernier, sur RTL, sa volonté de vendre des substituts nicotiniques dans ses magasins. « Aujourd’hui, on peut trouver une cigarette électronique partout, y compris dans un supermarché, mais on ne peut pas trouver de patchs anti-tabac ou des substituts nicotiniques dans nos rayons de parapharmacies. » Les premières mesures du plan anti-tabac de Marisol Touraine, dévoilées vendredi, ont réveillé l’appétit du patron des hypermarchés Leclerc. « Ce que je propose, ce n’est pas de les mettre en tête de gondole (…). Ce que je veux, c’est que ce soit vendu sous le contrôle d’un pharmacien, dans nos parapharmacies. Je propose la même chose pour les médicaments sans ordonnance », explique-t-il. Il argue une fois de plus pouvoir vendre « moins cher un traitement qui, actuellement, est très peu remboursé ».

Source : Lequotidiendupharmacien.fr

Cet article fait partie du dossier Self Care

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires