La bataille des économies - Une France accro à la dette

La bataille des économiesUne France accro à la dette

26.05.2014

Le débat entre le Premier ministre et le ministre de la Défense sur les coupes nouvelles que le Manuel Valls voudrait faire dans le budget de la Défense illustre l’incapacité du pays à diminuer la dépense publique de 50 milliards en trois ans comme cela a été promis. Pour une raison simple : on n’envisage pas de réduire le budget des Armées si auparavant on n’a pas changé de politique militaire. Or le gouvernement croit pouvoir diminuer les ressources de la défense sans modifier d’un iota les missions qu’il lui attribue.

  • Michel Sapin a un milliard pour diminuer l’impôt sur le revenu, mais voudrait en retirer deux au...

Mais le problème ainsi posé va au-dela d’une discussions interminable sur les suppressions de postes et le remplacement des équipements. En premier lieu, pourquoi en arrive-t-on, après avoir adopté la loi de programmation militaire (LPM) pour cinq ans (2014-2019) qui fixe le budget de la défense à 31,5 milliards d’euros par an, à imaginer des restrictions supplémentaires, sinon parce qu’on est incapable de trouver des économies ailleurs ? Il ne s’agit nullement de sanctuariser l’armée,...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Génériques

Le GEMME propose une ROSP pharmacien pour la substitution de spécialités complexes

Malgré la volonté des pouvoirs publics de relancer le développement des génériques, l'état des lieux dressé par le GEMME reste en demi-teinte et les perspectives moroses. L'association des génériqueurs énumère une série de... Commenter

Partenaires