Interprofessionnalité : début des négociations sur la rémunération

Interprofessionnalité : début des négociations sur la rémunération

Mélanie Maziere
| 26.05.2014
  • Interprofessionnalité : début des négociations sur la rémunération - 1

Mercredi, les pharmaciens, mais aussi les médecins, infirmières, kinés, sages-femmes, etc., ont rendez-vous avec l’assurance-maladie pour une première séance de négociation autour de la rémunération du travail en équipe. Pour une prise en charge coordonnée du patient par les professionnels de santé, en particulier des personnes âgées, des malades chroniques et des patients sortant de l’hôpital, le ministère de la santé incite les soignants à coopérer plus largement. Notamment par le biais d’une « rémunération d’équipes de soins de proximité » qui doit être mise en place sous la forme d’un forfait. Ce sont donc les 48 syndicats des professionnels libéraux, représentant 18 professions, qui vont participer à ces négociations dès mercredi, ainsi que la fédération des centres de santé. Une première séance très attendue puisqu’elle a été repoussée plusieurs fois en raison de divergences sur le périmètre de l’accord : une application uniforme à tous les professionnels ou un contrat individuel ? La question n’est pas tranchée et les débats promettent d’être mouvementés, mais le dossier doit rapidement avancer. En effet, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a donné jusqu’à fin juillet pour aboutir à un accord. Aucun chiffre n’a été avancé concernant l’enveloppe financière mais à l’heure où la ministre entend économiser 10 milliards d’euros sur les dépenses de santé, les marges de manœuvre paraissent réduites.

Source : Lequotidiendupharmacien.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Lactalis

À la Une Retraits de lots : objectif zéro défaut Abonné

À ce jour, aucun bébé ne se trouve en danger. Mais l’affaire du lait contaminé aurait pu très mal tourner. Elle révèle surtout que les systèmes d’alerte et de retrait de lots sont perfectibles. Et pas seulement dans la grande distribution puisque 44 pharmaciens ont été épinglés par la DGCCRF pour avoir détenu dans leurs officines des boîtes de laits concernés par les retraits de lots. Commenter

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.