Un mot qui passe mal en Italie - Générique et sémantique

Un mot qui passe mal en ItalieGénérique et sémantique

26.05.2014

Le pharmacologue Silvio Garattini vient de jeter un pavé dans la mare en attribuant la méfiance des Italiens à l’égard des génériques à un problème de sémantique.

LA MÉFIANCE des Italiens, ou pour le moins d’une partie de la population, à l’égard des génériques s’expliquerait par un problème de sémantique. C’est du moins l’avis de Silvio Garattini, pharmacologue et directeur de l’institut pharmacologique Mario Negri à Milan. « En italien, l’adjectif générique a une connotation négative », estime Silvio Garattini. Dans un article publié par le quotidien milanais « Il Corriere della Sera », ce pharmacologue explique que le terme...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Grand débat

Participez au Grand débat national : « le Quotidien » vous donne la parole

À l’occasion du Grand débat national, nehs et le Groupe profession santé (GPS) réunissant « le Quotidien du pharmacien », « le Quotidien du médecin », « le Généraliste », « infirmiers.com », s’associent pour lancer une grande enqu... Commenter

Partenaires