Réforme de la rémunération : deux syndicats et les groupements appellent à renégocier

Réforme de la rémunération : deux syndicats et les groupements appellent à renégocier

16.05.2014
  • L'honoraire d'un euro à la boîte ne fait pas l'unanimité

« L’avenant sur la rémunération proposé à la signature du 21 mai est inadapté et ne répond pas aux attentes et aux aspirations de toute la profession de pharmacien d’officine », affirment dans un communiqué commun Gilles Bonnefond, président de l’USPO (1), Michel Caillaud, président de l’UNPF (2), Daniel Buchinger, président de l’UDGPO (3) et Pascal Louis, président du CNGPO (4). Pour les présidents de syndicats et de groupements, l’évolution de la rémunération proposée par l’assurance-maladie (honoraire à la boîte) ne fait pas l’unanimité auprès des signataires et inquiète nombre de pharmaciens. « Cette proposition ne déconnecte pas la rémunération des volumes et le souhait de stabiliser les revenus de l’officine ne sera pas atteint, d’autant que les mesures d’économies annoncées sur le médicament changent radicalement le contexte », expliquent-ils. Aussi considèrent-ils que l’avenant conventionnel déterminant l’honoraire à la dispensation ne peut plus être signé en l’état. « Nos pharmaciens sont inquiets, ils le manifestent régulièrement auprès de leur président de groupement et de syndicat, soulignent les présidents. L’absence de cohésion, le manque de sérénité et les zones d’ombres qui entourent ce projet doivent inciter tous les responsables syndicaux à ne pas signer et à retravailler sur un projet commun et partagé par toute la profession. »

(1) Union des syndicats de pharmaciens d’officine.

(2) Union nationale des pharmacies de France.

(3) Union des groupements de pharmaciens d’officine.

(4) Collectif national des groupements de pharmaciens d’officine.

Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
DMP

DMP : le cap des trois millions d'ouvertures est franchi

Près de cinq semaines après le lancement officiel du dossier médical partagé (DMP) par les pouvoirs publics, trois millions de Français ont en déjà créé un. Et 4 sur 10 ont choisi de le faire dans leur officine.... 4

Partenaires