Plan d’économies sur le médicament : les conséquences seront lourdes selon le LEEM

Plan d’économies sur le médicament : les conséquences seront lourdes selon le LEEM

Mélanie Maziere
| 28.04.2014
  • Plan d’économies sur le médicament : les conséquences seront lourdes selon le LEEM - 1

« Un plan de facilité », « inadapté aux enjeux », « un désaveu cinglant de la stratégie industrielle » de l’État, « une régulation punitive et court-termiste ». Le LEEM (les entreprises du médicament) ne mâche pas ses mots en réagissant à l’annonce des mesures d’économies détaillées par Marisol Touraine vendredi dernier. La ministre des Affaires sociales a en effet annoncé un plan de 3,5 milliards d’euros d’économies sur le poste médicament pour les trois prochaines années, auquel s’ajouteront les mesures de maîtrise médicalisée. Une fois encore, l’effort portera donc sur le médicament, alors que celui-ci représente 15 % des dépenses de santé. Pour le LEEM, ce plan risque « d’assécher définitivement les considérables effets d’entraînement économique de ce secteur sur l’ensemble de l’économie du pays ». Un secteur pourtant « en récession économique sur son marché remboursable, étranglé par la fiscalité générale et sectorielle la plus lourde d’Europe ». Les conséquences seront lourdes pour le pays selon les industriels : perte d’attractivité face à des pays voisins bien plus concurrentiels, menace sur 32 000 emplois à l’horizon 2020, baisse de la qualité de soins en hypothéquant l’innovation thérapeutique… Le LEEM appelle le gouvernement « à se ressaisir d’urgence », car il considère ces derniers arbitrages comme actant « le déclin définitif de la France sur le terrain industriel, scientifique et sanitaire ». Le MEDEF a également déploré le manque d’équilibre du plan qui pèse essentiellement « sur les entreprises de santé » et « fragilise à nouveau une industrie d’excellence ».

Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
écosse

À la Une Les pharmaciens britanniques face au Brexit Abonné

Les conséquences pour le système de santé d'un « Brexit sans accord » inquiètent les pharmaciens britanniques. À l'approche de la date fatidique du 29 mars, ils se préparent aux éventuelles ruptures de stock qui pourraient survenir dans les semaines suivant le Brexit. Commenter

Partenaires