Retraits d’AMM, restrictions d’indications, plans de gestion des risques - Une pharmaco trop vigilante ?

Retraits d’AMM, restrictions d’indications, plans de gestion des risquesUne pharmaco trop vigilante ?

Mélanie Maziere
| 24.04.2014

Après des années de prise de poids, l’arsenal thérapeutique tend aujourd’hui à en perdre. Ce sont principalement des molécules anciennes, utilisées depuis fort longtemps, qui disparaissent. Entre les suppressions d’AMM, les restrictions d’usage ou l’arrêt de commercialisation décidée par le fabriquant pour raison économique, les médecins et les pharmaciens doivent, de plus en plus, faire preuve d’imagination pour proposer de nouvelles solutions adéquates à leurs patients.

  • En 20 ans, environ 140 spécialités ont été supprimées pour des raisons de pharmacovigilance

DU MYOLASTAN à l’Isoméride, en passant par le Vioxx, le Mediator ou le Di-Antalvic, des médicaments bien connus du grand public et des professionnels de santé, ont quitté la Pharmacopée en général pour des raisons évidentes de santé publique. Parfois à pas feutrés, le plus souvent à grand renfort médiatique, ces molécules montrées du doigt n’ont pas toujours été décriées. Le plus difficile reste encore, pour

les prescripteurs et les pharmaciens, de trouver des alternatives. Selon le...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pharmacie

Vignettes orange : les nouveaux honoraires seront pris en charge

Les nouveaux honoraires qui verront le jour le 1er janvier prochain n'entraîneront pas une hausse du reste à charge des patients. Jusqu'à présent, l'UNOCAM* avait décidé que le déclenchement de la prise en charge d’une... 1

Partenaires