Une enquête de l’institut Lilly - L’industrie pharmaceutique cherche de jeunes diplômés

Une enquête de l’institut LillyL’industrie pharmaceutique cherche de jeunes diplômés

22.04.2014

En dépit d’un taux de chômage des jeunes avoisinant les 25 %, les industriels français peinent souvent à recruter des jeunes diplômés, surtout dans les secteurs productifs et techniques, et l’industrie du médicament n’échappe pas à ces difficultés. L’institut Lilly, qui finance notamment des projets de recherche et de formation dans le domaine de la santé, travaille depuis l’an dernier sur les causes de cette désaffection et tente d’y remédier.

  • L’usine de Fegersheim emploie 1 500 salariés

FORTE de 1 500 employés, l’usine Lilly de Fegersheim, à côté de Strasbourg, est le plus gros site mondial de production du groupe pharmaceutique américain. Il y produit notamment toute son insuline injectable. S’il n’a aucun mal à trouver des pharmaciens (voir encadré), la situation est très différente au niveau des techniciens et des agents de production, avec de nombreux postes qui ne trouvent pas preneurs. « Au même titre que les industriels de l’automobile ou de la métallurgie, nous...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Automédication

La fin des marques ombrelles : un danger pour l'automédication ?

Pascal Brossard, vice-président de l’AFIPA, craint que la fin des marques ombrelles et la disparition des noms de fantaisie sur les emballages des médicaments d'automédication ne représentent des freins au développement de ce... 23

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.