Une initiative de pharmaciens appréciée des clients - Le retour des eaux minérales en officine

Une initiative de pharmaciens appréciée des clientsLe retour des eaux minérales en officine

17.04.2014

Après une période d’éclipse d’une bonne cinquantaine d’années, les eaux minérales vont peut-être retrouver leur place dans les rayons des pharmacies. Un pharmacien du sud de la France importe des eaux de nombreux pays du monde qu’il espère voir entrer dans les rayons des officines françaises. Bien décidé à conquérir l’Hexagone, il a mis au point l’organisation des achats et des livraisons et convaincu ses premiers pharmaciens clients dans l’Ouest de la France.

  • Bénédicte Monnet : " Elles ont des noms de Whisky?; normal elles servent à en brasser les malts ».

« AU SIÈCLE DERNIER, les patients allaient se réapprovisionner en eaux d’Évian, de Vittel et autres Vichy dans leurs officines. Mais le développement de la grande distribution a totalement démocratisé un produit quasiment abandonné par des officinaux, qui ont compris qu’ils ne pouvaient lutter contre les prix des grandes surfaces. Les pharmaciens ont donc cédé ce produit aux caddies de la grande distribution qui vend les eaux quasiment à prix coûtants comme produit d’appel pour faire...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires