Vache folle : le parquet de Paris a requis un non-lieu

Vache folle : le parquet de Paris a requis un non-lieu

Anne-Gaëlle Moulun
| 15.04.2014
  • Vache folle : le parquet de Paris a requis un non-lieu - 1

Après seize années d’investigations, le parquet de Paris a requis un non-lieu général dans l’affaire de la vache folle. Cette crise sanitaire d’envergure a éclaté en 1996, suite à une épidémie d’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) qui sévissait en Grande-Bretagne. Le gouvernement britannique a reconnu, en mars 1996, qu’un lien était possible entre la maladie bovine et la maladie de Creutzfeldt-Jakob. Une information judiciaire a été lancée en France, en 1997, à la suite d’une série de plaintes émanant de l’Union française des consommateurs (UFC), d’associations professionnelles agricoles et de familles de personnes décédées de la variante humaine de l’ESB. Une enquête a alors été ouverte sur l’importation de bovins et de farines animales britanniques, ainsi que sur leurs conséquences sur la propagation de l’ESB en France. Quatre responsables d’usine de fabrication d’aliments pour bétail ont été mis en examen, dont un est décédé depuis. L’enquête est désormais terminée et le parquet de Paris a requis un non-lieu général. Il appartient désormais aux juges d’instruction saisis de suivre ou non ces réquisitions.

Source : Lequotidiendupharmacien.fr
Commentez 1 Commentaire
 
Serge R Pharmacien 15.04.2014 à 21h14

Il est grand temps dans notre pseudo-démocratie d'introduire les "Class Actions".
Assez des responsables mais pas coupables.
Et on recommence avec les farines animales données aux poissons Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Lactalis

À la Une Retraits de lots : objectif zéro défaut Abonné

À ce jour, aucun bébé ne se trouve en danger. Mais l’affaire du lait contaminé aurait pu très mal tourner. Elle révèle surtout que les systèmes d’alerte et de retrait de lots sont perfectibles. Et pas seulement dans la grande distribution puisque 44 pharmaciens ont été épinglés par la DGCCRF pour avoir détenu dans leurs officines des boîtes de laits concernés par les retraits de lots. Commenter

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.