Ebola : des mesures pour éviter les cas d’importation

Ebola : des mesures pour éviter les cas d’importation

07.04.2014
  • À l’aéroport de Guinée Conakry, l’OMS et l’ONG Médecins d’Afrique ont déployé une équipe médicale...

La mobilisation sanitaire s’est renforcée pour empêcher la propagation du virus Ebola hors de Guinée. À l’aéroport de Guinée Conakry, l’OMS et l’ONG Médecins d’Afrique ont déployé une équipe médicale afin de contrôler les passagers et s’assurer qu’ils ne sont pas porteurs du virus. Les passagers sont soumis à une série de questionnaires et à un interrogatoire médical précis sur d’éventuels symptômes. « Toute personne présentant des signes est immédiatement retenue et soumise à un traitement pour éviter la propagation de l’épidémie hors de nos frontières », affirme Patrice Loua, membre de l’ONG africaine. Les équipes sur place viennent d’être renforcées par une équipe française de l’Institut Pasteur, « pour limiter au minimum le risque d’arrivée sur le sol français du virus Ebola » a évoqué Marisol Touraine à l’occasion d’une visite à l’aéroport Roissy CDG le samedi 5 avril. À ce jour, il n’y a pas de cas de malade atteint d’Ebola sur le territoire Français, mais des mesures de précautions s’imposent. Des recommandations pour les voyageurs ont été transmises aux compagnies aériennes. Les médecins français ont été alertés sur les symptômes de la maladie. Aussi, les voyageurs qui se rendent dans les zones concernées et qui, à leur retour en France, sont atteints de fièvre importante dans les trois semaines qui suivent leur retour doivent consulter un médecin. Car malgré les efforts déployés, la propagation d’Ebola est toujours possible. En effet, l’incubation du virus étant de 21 jours, le danger est de ne pas l’identifier à l’arrivée.

Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires