CA en baisse, marge en hausse, selon une étude de KPMG - Le nouveau modèle économique des officines

CA en baisse, marge en hausse, selon une étude de KPMGLe nouveau modèle économique des officines

27.03.2014

Selon la dernière étude statistique de KPMG, le chiffre d’affaires moyen des officines a baissé l’an dernier, alors que la marge commerciale a, au contraire augmenté. Mais, surtout, 2013 est la première année où le changement de modèle économique des officines est vraiment visible : la MDL traditionnelle tend à devenir un élément parmi d’autres de la rémunération de l’officine. D’une entreprise basée sur la dispensation et le commerce des médicaments, l’officine française est en train de glisser vers une véritable profession de santé.

  • Marge 2013
  • CA 2013

EN PRÉSENTANT son étude sur les ratios économiques des officines en 2013*, le groupe d’audit, de conseil et d’expertise comptable KPMG met en évidence au moins deux phénomènes nouveaux, qui changent l’approche que l’on avait jusqu’ici de la performance économique des officines. Tout d’abord, le chiffre d’affaires, à lui seul, n’est plus un indicateur entièrement pertinent pour mesurer la bonne santé et les performances économiques d’une pharmacie. En effet, soulignent Patrick Bordas et...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires