VIDEO - Revirement de situation pour Selincro

VIDEO - Revirement de situation pour Selincro

27.02.2014

Le nalméfène (Selincro, laboratoire Lündbeck) devrait être finalement remboursé quel que soit le prescripteur. Lors de la séance publique de l’Assemblée Nationale, le mercredi 26 février (voir vidéo), Marisol Touraine a affirmé que le médicament d’aide au sevrage alcoolique en passe d’être commercialisé en France pourra être prescrit dans le sevrage alcoolique par « tous les médecins, qu’ils soient généralistes ou spécialistes, avec remboursement ». La ministre de la Santé met ainsi fin à la polémique qui a agité le monde de la médecine ces derniers jours. En effet, La Commission de la Transparence avait proposé le remboursement à 30 % du Selincro, mais seulement en cas de prescription par un médecin spécialisé en addictologie ou alcoologie. Ce qui signifiait qu’en cas de prescription par un généraliste, le médicament ne serait pas remboursé. Une hypothèse qui avait soulevé la colère de la Société Française d’Alcoologie, et qui a mené Mme Dominique Orliac (députée du Lot, parti radical de gauche) à poser directement la question à Marisol Touraine lors de la séance du 26 février à L’Assemblée Nationale (voir la vidéo ci-dessous). « La négociation sur le prix de ce médicament va être engagée. À l’issue de cette procédure, je donnerai la possibilité à tout médecin généraliste ou spécialiste, de prescrire avec remboursement ce médicament compte tenu des enjeux majeurs que représente la prise en charge de l’alcoolisme en France », a rétorqué la ministre de la Santé, mettant fin au débat.
 

Sevrage alcoolique : Marisol Touraine répond à la députée Dominique Orliac

 

Source : Lequotidiendupharmacien.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Lactalis

À la Une Retraits de lots : objectif zéro défaut Abonné

À ce jour, aucun bébé ne se trouve en danger. Mais l’affaire du lait contaminé aurait pu très mal tourner. Elle révèle surtout que les systèmes d’alerte et de retrait de lots sont perfectibles. Et pas seulement dans la grande distribution puisque 44 pharmaciens ont été épinglés par la DGCCRF pour avoir détenu dans leurs officines des boîtes de laits concernés par les retraits de lots. Commenter

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.