Traitement remboursé seulement s’il est bien pris : l’arrêté suspendu

Traitement remboursé seulement s’il est bien pris : l’arrêté suspendu

Jacques Gravier
| 17.02.2014
  • Traitement remboursé seulement s’il est bien pris : l’arrêté suspendu-1

Le Conseil d’État a suspendu un arrêté qui conditionnait pour la première fois le remboursement par la Sécurité sociale d’un traitement au bon usage du patient, en raison d’un « doute sérieux » sur la légalité de ce texte. Depuis un arrêté du 22 octobre, les nouveaux patients appareillés la nuit d’un masque à pression positive continue (PPC), prescrit en cas d’apnée du sommeil, sont tous suivis par « téléobservance ». S’ils n’utilisent pas suffisamment la machine (au moins trois heures par jour) pendant plusieurs semaines consécutives, l’assurance-maladie réduit, voire arrête le remboursement. Cette téléobservance systématique, doublée d’un remboursement conditionnel, devait concerner l’ensemble des patients d’ici à 2016, soit quelque 500 000 personnes. La Fédération des malades respiratoires (FFAAIR) jugeait cet arrêté trop contraignant et l’a attaqué, avec d’autres, en référé devant le Conseil d’État. Dans une ordonnance rendue vendredi dernier, le juge a suspendu le texte, en estimant qu’il existait un « doute sérieux » sur la compétence du gouvernement à mettre en place un tel mécanisme. Le ministère de la Santé et l’assurance-maladie avaient fait valoir que la sous-utilisation de la PPC était préjudiciable non seulement à la santé des patients, mais aussi aux finances publiques avec une dépense non justifiée estimée à près de 80 millions d’euros par an. Les remboursements de PPC ont dépassé les 400 millions d’euros en 2012, en hausse de 11 % par rapport à 2011.

Source : Lequotidiendupharmacien.fr
Commentez 1 Commentaire
 
Sylvie B Autre 25.08.2014 à 15h13

Je trouve assez normal que la sécu n'ait plus envie de rembourser des traitements qui ne sont pas pris… Affaire à suivre car il va bien falloir faire des économies à un moment ou un autre !

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Être adjoint en 2017-0
Dossier web

Être adjoint en 2017

Entretien pharmaceutique, dépistage, conciliation médicamenteuse... Les adjoints peuvent s'investir dans de nombreuses missions. Ils peuvent aussi, depuis quelques mois, acquérir jusqu'à 10 % des parts d'une officine dans laquelle ils exercent.

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.