Inégalités et tabac, principaux axes du 3e plan cancer

Inégalités et tabac, principaux axes du 3e plan cancer

Jacques Gravier
| 04.02.2014
  • French President Francois Hollande delivers a speech to present the third 'plan cancer', a fight...

Le 3e plan cancer, présenté aujourd’hui par François Hollande, met notamment l’accent sur la lutte contre les inégalités face à la maladie et pointe le tabac comme principale cause évitable de cancer. Avec près de 150 000 décès par an, la maladie reste la première cause de mortalité en France, mais les spécialistes estiment que 40 à 50 % des 350 000 nouveaux cas observés chaque année pourraient être évités par des mesures de prévention et d’éducation. Ce 3e plan cancer, qui porte sur la période 2014-2019, sera doté de 1,5 milliard d’euros, dont près de la moitié financera des mesures nouvelles, en particulier pour réduire les inégalités face à cette maladie. François Hollande a ainsi annoncé vouloir doubler en cinq ans le nombre d’essais cliniques. « Les essais cliniques concernent aujourd’hui 25 000 patients. L’enjeu du plan cancer, c’est de doubler en cinq ans le nombre des essais cliniques pour qu’ils concernent tous les cancers et notamment les 1 700 cancers pédiatriques et toutes les régions, notamment celles qui sont aujourd’hui les moins concernées et je pense à l’outre-mer », a-t-il indiqué. Par ailleurs, le dépistage systématique du cancer de l’utérus, qui atteint aujourd’hui 3 000 femmes et provoque plus de 1 000 décès chaque année, devra être étendu à 80 % des femmes. « La généralisation du frottis tous les trois ans pour 80 % des femmes, contre 60 % aujourd’hui, réduira la mortalité de 30 % en dix ans », a précisé le président, qui a également annoncé le doublement d’ici cinq ans de la couverture vaccinale pour les jeunes filles. Pour lutter contre la consommation de tabac, première cause de mortalité par cancer, M. Hollande a demandé à la ministre de la Santé, Marisol Touraine, de présenter « avant l’été un programme national de réduction du tabagisme ». Les hausses du prix du tabac se poursuivront, et les recettes supplémentaires abonderont un fonds dédié à la recherche, à la prévention et à la prise en charge du cancer. Le président de la République a particulièrement souligné son danger pour les jeunes. « Un jeune qui entre dans l’addiction au tabac a une chance sur deux de mourir avant 60 ans. Fumer à 17 ans c’est prendre le risque de mourir avant 60 ans, cette phrase doit être répétée partout et à tous », a-t-il lancé, annonçant une grande campagne contre cette addiction.

Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Conseil d'Etat

Communication : le Conseil d’État desserre l'étau

Dans une étude rendue publique hier, le Conseil d’État préconise la suppression de l'interdiction de la publicité pour les professionnels de santé, y compris pour les pharmaciens, du code de la Santé publique. Il se déclare même... 1

Partenaires