Paris recherche 800 médecins

Paris recherche 800 médecins

29.01.2014
  • Paris recherche 800 médecins - 1

Plus de 800 médecins devront s’installer à Paris pour compenser le départ de praticiens dans les cinq prochaines années, indique l’agence régionale de santé (ARS) d’Ile-de-France, en s’appuyant sur les résultats d’une étude universitaire. Ce qui représente 166 installations nécessaires par an. L’Agence se fonde sur les premiers résultats d’une étude menée par des internes parisiens auprès d’une partie des 2 273 généralistes, 543 gynécologues et 220 pédiatres recensés dans les 20 arrondissements de la capitale. Les médecins généralistes exerçant dans les centres de santé, les hôpitaux et SOS médecins ne sont pas comptabilisés.

Parmi les professionnels ayant répondu aux questions de l’enquête (37 % des généralistes, 29 % des pédiatres et 21 % des gynécologues), 3 % envisagent actuellement de confier leur patientèle à un successeur, 8 % dans les deux ans à venir, 21 % dans les cinq ans. Parmi eux, 79 % disent ne pas avoir encore trouvé de successeur.

Pour pallier ces carences, l’ARS Ile-de-France dispose d’un certain nombre d’outils, comme le contrat de praticien territorial de médecine générale (PTMG). Mis en place par la ministre de la Santé, Marisol Touraine, il permet de garantir un revenu au professionnel qui s’installe dans une zone sous-dotée. Trois PTMG ont ainsi été signés à Paris, précise l’ARS. Autre levier, le contrat d’engagement de service public (CESP), qui aide au financement des études de médecine en échange de l’engagement de l’étudiant de s’installer dans une zone « où la continuité des soins est menacée » : 100 contrats de ce type ont été signés en trois ans, selon l’ARS.

Source : Lequotidiendupharmacien.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Etudiants

PACES : redoublement interdit dans certaines facs

En 2018, plusieurs universités, notamment en Ile-de-France, mettront en place à titre expérimental une première année commune aux études de santé (PACES) qui n’autorisera pas le redoublement. Dans les universités de Paris V, VI... 2

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.