Leclerc condamné en appel pour clauses déséquilibrées

Leclerc condamné en appel pour clauses déséquilibrées

Jacques Gravier
| 28.01.2014
  • Leclerc condamné en appel pour clauses déséquilibrées - 1

La cour d’appel de Paris a condamné le géant de la distribution E. Leclerc à une amende de 500 000 euros pour des « clauses déséquilibrées » insérées dans des contrats avec des fournisseurs, annonce la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). L’arrêt de la cour d’appel de Paris, rendu le 18 décembre, faisait suite à une décision du tribunal de commerce de Créteil qui avait débouté, en décembre 2011, le ministère de l’Économie, à l’initiative de l’assignation du distributeur. Cet arrêt « enjoint l’enseigne de cesser pour l’avenir la pratique consistant à mentionner ces clauses dans ses contrats commerciaux », explique la DGCCRF.

Les enseignes de la grande distribution sont visées par plusieurs procédures judiciaires liées aux relations commerciales avec les fournisseurs. Ainsi, Leclerc a également été condamné en 2009 à restituer 23 millions d’euros à des fournisseurs pour violation du code du commerce. Les ministres de l’Économie, Pierre Moscovici, et de la Consommation, Benoît Hamon, ont également décidé, en novembre dernier, d’assigner le distributeur devant le tribunal de commerce de Paris pour « déséquilibre significatif » dans ses relations avec ses fournisseurs. Leclerc avait alors dénoncé en retour une « stratégie médiatique » qui va « attiser des conflits ». Ce type de procédure est voué à se répéter depuis la reconnaissance, en janvier 2011, par le Conseil constitutionnel de la notion de « déséquilibre significatif » entre fournisseurs et distributeurs. Cette décision a permis la poursuite des procédures judiciaires, engagées en 2009 par le gouvernement, contre neuf distributeurs, dont Carrefour, Auchan, Casino et Cora pour « pratiques abusives ». La décision de la cour d’appel intervient alors qu’enseignes et fournisseurs négocient actuellement leurs tarifs pour l’ensemble de l’année 2014.

Source : Lequotidiendupharmacien.fr
Commentez 2 Commentaires
 
NICOLAS T Pharmacien 29.01.2014 à 05h45

Et pan ! Ça fera une campagne de pub en moins contre les Pharmaciens...

Répondre
 
JEAN-CLAUDE R Pharmacien 28.01.2014 à 18h13

500 000 euros, c'est quoi pour ces gens-là? Juste une épine qui ne les empêchera pas de continuer.

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Lactalis

À la Une Retraits de lots : objectif zéro défaut Abonné

À ce jour, aucun bébé ne se trouve en danger. Mais l’affaire du lait contaminé aurait pu très mal tourner. Elle révèle surtout que les systèmes d’alerte et de retrait de lots sont perfectibles. Et pas seulement dans la grande distribution puisque 44 pharmaciens ont été épinglés par la DGCCRF pour avoir détenu dans leurs officines des boîtes de laits concernés par les retraits de lots. Commenter

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.