Standard & Poor’s a encore sévi - La mauvaise note

Standard & Poor’s a encore séviLa mauvaise note

12.11.2013

Pour la deuxième fois, l’agence de notation Standard and Poor’s a abaissé la note de la France, qui passe de AA+ à AA. En janvier 2012, elle avait déjà dégradé la France de AAA à AA+. Le gouvernement a réagi avec autant de vigueur vendredi dernier que le gouvernement de Nicolas Sarkozy à l’époque. De François Hollande à Pierre Moscovici en passant par Jean-Marc Ayrault, tous nos dirigeants ont affirmé qu’ils s’en tiendraient au cap économique actuel.

  • Jean-Michel Six, représentant de S&P’s pour l’Europe

LA DÉCISION de Standard & Poor’s est-elle injuste ? Elle ne l’est pas au regard des arguments invoqués par le gouvernement, qui insiste sur ses réformes, celle des retraites, celle du marché du travail (probablement la plus importante) la création de Banque publique d’investissement (BPI), le Crédit emploi compétitivité (CICE) qui a allégé le coût du travail pour beaucoup d’entreprises, le début du début d’une réduction des dépenses, une stabilisation fiscale promise pour 2015. On...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
DPC

DPC : les formations les plus suivies en 2017

Les formations de développement professionnel continu (DPC) les plus demandées par les pharmaciens en 2017 concernent le conseil à l’officine et la cancérologie. En 2017, 11 877 pharmaciens ont effectué une formation validante... Commenter

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.