Des succursales de pharmacie pour restructurer le réseau - Filiales : le modèle allemand est-il transposable ?

Des succursales de pharmacie pour restructurer le réseauFiliales : le modèle allemand est-il transposable ?

12.11.2013

Trop de pharmacies, une activité en baisse : la restructuration du réseau en France est à l’ordre du jour. Le Collectif national des groupements de pharmaciens d’officine (CNGPO) propose de créer des succursales, un peu sur le modèle des pharmacies filiales qui existent depuis bientôt dix ans en Allemagne. « Le Quotidien » a mené l’enquête sur les avantages et les inconvénients de ce système, qui a le mérite de maintenir les points de vente, contrairement au regroupement, chaque succursale conservant sa licence d’exploitation.

  • Filiales : le modèle allemand est-il transposable ? - 1
  • Filiales : le modèle allemand est-il transposable ? - 2

DEPUIS LE 1er JANVIER 2004, les pharmaciens allemands sont autorisés à posséder, en plus de leur officine, un maximum de trois filiales, qui fonctionnent parallèlement à leur pharmacie principale. Alors que le nombre global d’officines ne cesse de baisser depuis 2009 - on en comptait 20 921 le 31 décembre 2012, contre 21 602 quatre ans plus tôt - celui des filiales augmente régulièrement : de 632 fin 2004, il franchissait la barre des 3 000 en 2009 et s’élevait à 3 853 fin 2012, soit 16 %...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires