La France désemparée - Hollande doit dominer la majorité

La France désemparéeHollande doit dominer la majorité

04.11.2013

La politique d’indécision, d’allers-retours et de reniements du chef de l’État lui vaut les quolibets de l’opposition, le mécontentement du peuple et une fronde de la majorité. Le premier de ces trois inconvénients n’est pas le plus grave, dès lors que la droite est divisée et incapable, pour le moment, de présenter un programme cohérent. En revanche, François Hollande n’apaisera pas l’opinion, comme il l’a toujours souhaité, s’il n’impose pas la discipline aux élus de gauche.

  • Hollande doit-il remplacer Ayrault ?

ON NE REVIENDRA pas, ici, sur les faux-pas, les erreurs et les contradictions de l’exécutif. On notera simplement que, même dans la libération des otages d’Arlit, la liesse nationale a vite cédé le pas à une polémique sur la rançon qui a été versée ou non. À l’Élysée, on est trop prompt à accuser les médias, l’opposition, des élus de gauche déloyaux, d’être responsables des déboires du gouvernement. Ce n’est pas vrai pour l’affaire Leonarda ou pour les impôts et taxes décidés puis retirés...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bilan médication

À la Une Bilan de médication : en route vers l'observance Abonné

Le bilan partagé de médication ne semble pas encore être un acte très répandu dans les officines. Prévu par l’avenant n° 11 à la convention pharmaceutique signé en juillet 2017, l’arrêté définissant ses modalités de mise en œuvre n’est paru au « Journal officiel » qu’à la mi-mars. Mais déjà, de nombreux officinaux manifestent leur intérêt pour les formations qui lui sont dédiées. Commenter

Partenaires