L’Assemblée adopte en première lecture le PLFSS pour 2014

L’Assemblée adopte en première lecture le PLFSS pour 2014

Didier Doukhan
| 30.10.2013
  • L’Assemblée adopte en première lecture le PLFSS pour 2014 - 1

Après une semaine de débats parfois houleux sur la soixantaine d’articles du texte, l’Assemblée nationale a largement voté mardi en première lecture le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2014 (PLFSS). Le PLFSS a été adopté dans sa globalité par 320 voix contre 243.

Globalement, l’ensemble des mesures du budget de la Sécu doit permettre de contenir le déficit du régime général à 12,8 milliards d’euros en 2014 (- 3,4 milliards d’euros par rapport à 2013).

La branche maladie, la plus déficitaire, va faire un effort « historique », selon la ministre de la Santé Marisol Touraine, avec une baisse de prix des médicaments pour 960 millions d’euros, au grand dam des industriels, mais aussi des pharmaciens qui accueillent le texte plutôt fraîchement. Ainsi l’USPO (Union des syndicats de pharmaciens d’officine) dénonce-t-il, dans un communiqué, « l’ampleur des efforts sur le médicament qui figurent dans ce projet de loi », et fait également part de l’inquiétude de la profession face aux économies demandées au réseau officinal. Le syndicat regrette également l’adoption de l’article 12 bis, issu d’un amendement déposé, selon lui, en catimini et visant la taxation des ventes directes des laboratoires. « Il s’agit d’un coup de poignard pour l’économie de l’officine au seul profit des grossistes-répartiteurs », estime Gilles Bonnefond, Président de l’USPO.

Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires