Réforme des retraites - Le régime des pharmaciens menacé

Réforme des retraitesLe régime des pharmaciens menacé

28.10.2013

Une disposition du projet de réforme des retraites, en discussion au Parlement ces jours-ci, menace directement l’autonomie de la Caisse nationale d’assurance vieillesse des professions libérales (CNAVPL) et de ses sections professionnelles, dont la Caisse nationale d’assurance vieillesse des pharmaciens (CAVP) fait partie. Enjeu probable de ce projet qui suscite la colère des libéraux : les réserves financières de ces régimes dans lesquelles l’État pourrait être tenté de puiser.

LE PROJET DE LOI « garantissant l’avenir et la justice du système de retraites », porté par Marisol Touraine, a été adopté par l’Assemblée nationale la semaine dernière. Il arrive en discussion au Sénat cette semaine, pour une adoption définitive prévue le 5 novembre. Jusqu’à présent, il a rencontré peu d’écho dans l’opinion, tant les mesures proposées pour remédier aux difficultés présentes et à venir des régimes de retraite par répartition semblent prudentes (voir encadré).

Mais...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bilan médication

À la Une Bilan de médication : en route vers l'observance Abonné

Le bilan partagé de médication ne semble pas encore être un acte très répandu dans les officines. Prévu par l’avenant n° 11 à la convention pharmaceutique signé en juillet 2017, l’arrêté définissant ses modalités de mise en œuvre n’est paru au « Journal officiel » qu’à la mi-mars. Mais déjà, de nombreux officinaux manifestent leur intérêt pour les formations qui lui sont dédiées. Commenter

Partenaires