Un nez artificiel qui repère les septicémies - Des tests renifleurs

Un nez artificiel qui repère les septicémiesDes tests renifleurs

12.09.2013
  • Un diagnostic en 24 heures chrono

POUR confirmer la présence d’une bactérie dans un prélèvement sanguin mis en culture, il faut aujourd’hui de 24 à 48 heures. Auxquelles il convient d’ajouter 24 heures supplémentaires pour identifier précisément la nature du germe suspecté. Au total, lorsque la septicémie menace un patient, il ne faut pas moins de 2 à 3 jours pour lancer l’antibiothérapie salvatrice. C’est souvent, malheureusement, un ou deux jours trop tard… C’est en partant de ce constat que l’équipe du Dr James Carey a...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires